• Patrimoine en péril

    En Tunisie, on ne s'intéresse à la préservation du patrimoine architectural que dans le cas des grandes villes, et uniquement pour certains édifices identifiés comme historiques. Que certaines façades de maisons traditionnelles puissent être défigurées ne semblait pas intéresser les pouvoirs publics. Est-ce que la situation va changer ? On peut du moins le souhaiter. On parle beaucoup de عروبة et de أصالة, mais que les gens détruisent et construisent au mépris du goût, et de nos traditions, ne semble déranger personne.

    Qu'en est-il en Europe par exemple ? Il n'est pas rare, en se promenant à travers les petits villages de France, d'avoir l'impression, au détour d'une rue, derrière une église, entre deux pâtés de maisons, d'être au XVIIIe siècle, voire au Moyen Age, tant le patrimoine architectural y est jalousement préservé.

    Dans le cas de Somâa, le coeur historique devrait être préservé. Il a déjà été défiguré par cet affreux bâtiment de deux étages dont aucun élu responsable n'aurait jamais dû autoriser la construction. Il y a surtout toutes ces portes traditionnelles dont les embrasures tendent à disparaître, pour être remplacées par des portes modernes sans goût et sans âme.

    Voilà, par exemple, à quoi ressemblait, il n'y a pas si longtemps encore, l'entrée de hûmet el-A'zâyza :

    Accueil

    Cette porte a disparu. Mais il y a, le long des ruelles, encore beaucoup de choses à sauver. La moindre des choses est de faire appliquer le règlement, qui impose l'usage du blanc et du bleu à l'exception de toute autre couleur.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :